& Life is Superbueno....Chapt II: June 2007

Life is Superbueno....Chapt II

Sorties, Voyages, Politique, Balkans... Un condensé de moi couché sur écran

Thursday, June 21, 2007

... comes to an end



On croit que l'on est prêt, que tout a été prévu, envisagé, que rien n'est plus improvisé. On s'imagine que l'on a tout vu, tout vécu au cours de cette année, qu'il n'y aura plus de surprise, plus rien à découvrir. On se prépare au départ en sachant depuis le début que cette échéance arriverait. On est tellement prêt qu'on se dit que ce sera une formalité, puisqu'après tout le bonheur de cette année, il faut bien que celle-ci s'achève. Et puis, finalement on rencontre de nouvelles personnes, de nouveaux intérêts et on regrette de ne pouvoir approfondir certaines relations.

Simon est parti au milieu d'une Napoletana, Jorge avec un gant de mariée à la main et le maquillage de la veille, Fleur, Emily et Alex après une dernière soirée chez les italiens, Romain en laissant une copine inconsolable (mais pas enceinte).

Et moi, je suis encore là pour 48 heures, dans cette ville qui m'aura vu grandir. Chaque départ me fait pleurer ma propre fin, mes propres adieux, quoique tant d'amour, tant d'émotions, tant de bonheur trouvés ici ne peuvent être la fin de quoique ce soit. Evidemment on ira bien, mais on ne sera plus jamais tous ensemble.

D'ici 48 heures, j'entamerai un dernier périple, qui me mènera à Belgrade, Podgorica, Kotor, Dubrovnik, Sarajevo, Zagreb, jusqu'à Venise où m'attendra MyAir et ses 15 kilos autorisés. Je n'aurai ainsi pas le temps de poster autre chose, seulement à mon retour pour fermer ce livre.

J'approche donc inexorablement de mon end of the road, ce qui signifie la mise en coma progressive et méritée de ce blog. End of the road, parce que mine de rien c'est quand même l'histoire d'un avion qui décolle...

Merci donc au casting exceptionnel de ce blog, je n'aurai pu rêver de meilleurs partenaires. Je ne les citerai pas, car comme, dans tout bon film du Splendid, les acteurs n'apparaissent qu'à la fin, par ordre alphabétique et non d'importance. Et comme tout bon film du Splendid, une suite peut être envisageable, si le public suit. Merci à ceux qui sont venus compléter ce casting pour de nombreux épisodes (Veronica, Andra, Andreea, etc...). Sans vous, le scénario serait resté figé dans un film Erasmus traditionnel, alors que j'ai trouvé bien plus ici. Et puis, Michel Blanc aussi a fini par obtenir des premiers rôles et ces rôles furent les plus émouvants pour lui, alors, on ne sait jamais ce que l'avenir peut apporter. Merci enfin aux figurants et seconds rôles (la tequila, l'absinthe, les Ursus, l'Expirat, les Fornettis, le Revenge, la Nausée, l'Etre et le Néant...), partenaires particuliers de cette année ô combien riche. Même si le comique de répétition peut en énerver certains, je voudrais rappeler que Bruno Moynot m'a fait rire dans les trois Bronzés.

Quant à moi... Dieu sait ce qu'Il me réserve pour la suite... Que m'a apporté cette année? Tout, évidemment tout. Je suis né en 2007 à Bucarest. L'avenir est à présent un flou dégagé, et nous pouvons le voir tous ensemble. Toujours sans oublier que ce n'est la fin de rien, juse un nouveau commencement.

Et puisqu'il faut bien une bande originale...

Labels:

Monday, June 18, 2007

What else?



A l'heure qu'il est, Simon doit être arrivé et Jorge doit être à des milliers de kilomètres au dessus de la Méditerrannée (Boudu expliquera l'altitude habituelle s'il passe sur ce blog). Ils sont donc partis aujourd'hui, début d'une terrible semaine qui verra Romain partir mercredi avec Alex, Fleur, Emily, Rachel; et moi-même quitter le pays samedi.

Depuis vendredi et notre départ de l'appartement se sont succédées de nombreuses "dernières soirées". Jeudi (oui je commence par "depuis vendredi" et j'embraye par "jeudi"), dernière soirée repas entre collocs-Ota-pour finir au Dark House, boîte glauque où j'avais perdu mon portable il y a quelques mois. Cette fois ci, on a écouté du Manele, de la techno, et j'ai montré mes techniques de Lap dance. Vendredi avait eu lieu la dernière soirée chez Alex, avec pour thème ultra original d'organisateurs paresseux : "chaque appart a son thème". Ayant un appartement de grands alternatifs, notre thème était le "No Topic". Avant cela, je me suis fait larguer, ce que je n'avais pas prévu, mais depuis quelques heures je me rends que cette rupture n'était qu'un CDD de quelques jours (je devrais peut-être supprimer mon message précédent d'ailleurs). Soirée de vendredi géniale, mais on peut dire que je suis passé par toutes les émotions. La joie, la colère, les toilettes, le rinçage, la re-joie, puis je me suis mis à chialer sans m'arrêter, puis à rire à fond, puis à re-chialer, puis à re-rire, puis à déprimer sur le chemin du retour. Je précise que nous sommes aussi allés à l'Expirat. Si j'avais eu toutes ces émotions chez Alex, ç'aurait été un mauvais remake de l'Exorciste.

Samedi, peu de souvenirs mais ce n'était pas génial. Ah si, Expirat encore. Les barmen/maids vont commencer à croire que je suis amoureux de l'un ou l'une d'entre elles tant je vis là-bas ces jours-ci. Rien de spécial à signaler. J'ai retrouvé la fameuse fille canon dont je ne me souvenais plus du nom mais que j'aurais selon elle embrassé à Vama Veche. Comme toujours entre nous (enfin je ne parle que de la seule fois dont je me souviens lui avoir parlé), la discussion a tourné court:
Moi: "Je suis désolé, je sais que je te connais; mais je ne me souviens plus d'où
Elle: (sourire) -Encore? A Vame Veche tu t'en rappelles toujours pas!
Moi: - Mais si bien sûr. par contre, je me rappelle toujours pas de ton prénom.
Elle: (rires) xxxx (me dit son prénom)
Moi, après avoir dit "OK" puis après un léger temps: Attends j'ai déjà oublié, c'est quoi déjà?"

A ce moment-là, elle s'est barrée.

Dimanche, officiellement dernière soirée de Simon et Jorge, chez Costant, un ami espagnol de Jorge. Enormément de monde présent. on se promet diverses choses: "oui je viendrai te voir à Berlin", "carrément tu viens me visiter quand tu veux", "tu pars aux Kenya l'an prochain? Mais oui je viens!", etc. Enormément d'Erasmus présents. Les italiens assez en retard, peut-être parce qu'ils ont longtemps cru que la soirée se déroulait à Constanta, sur la côte. Pas mal de roumains aussi. Andra est là. Sans parler de notre "rupture", on ressort ensemble au moment où je lui expliquais que je n'éprouvais rien de plus que de la sympathie pour elle. Comprenne qui pourra.
Vers 3 ou 4h je ne sais plus, la police arrive donc on part tous. Où peut-on continuer? Chez Alexandru Kivu, businessman dans les sanitaires et apparemment bien implanté politiquement ici, mais ce n'était pas le moment d'en discuter. On a donc bougé jusqu'à son immense maison, qui a impressioné tout le monde. Puis, retour et nuit en compagnie de Romain, comme toujours cette semaine, après avoir récupéré et porté une luge trouvée dans le grenier de Kivu pour Marta.

Et donc on en arrive à aujourd'hui. Le grand jour tant attendu est arrivé, Jorge et Simon sont partis. On s'est donc retrouvé pour un dernier déjeuner ensemble. Histoire de manger et transpirer ensemble. Oui, il faut savoir qu'en ce moment il fait 35° à Bucarest donc je transpire toute l'eau de mon corps. Simon, le premier, est parti, au milieu d'une Napoletana qui m'assoiffait tant elle était salée. J'ai pu faire rire tout le monde, car mes glandes lacrymales ont commencé à s'éveiller. On est ensuite allé chez Carlotta pour récupérer les affaires de Jorge, et pour que je dorme un peu sur le parquet, juste réveillé par les appels en absence et textos. Puis, Jorge s'en est allé à son tour et je suis retourné me coucher.

Labels:

Wednesday, June 13, 2007

Viata e scurta


Ca y est, les affiches sont decollees, les chambres sont rangees, les toilettes sont nettoyees...

Dans deux jours, on aura quitte l'appartement. Je vais quelques jours chez Romain avant de quitter Bucarest.

Programme charge: aujourd'hui, etat des lieux, puis bieres a la
Motoare. Demain, valises, dernieres choses a fixer concernant Erasmus et l'universite. Vendredi, on part de l'appartement, chacun dans des apparts differents, diner entre collocs avant soiree a theme chez Alex (qui organise beaucoup de soirees chez lui sans vraiment y habiter). Samedi, dernier match de foot. Dimanche soir, farewell party pour Simon et Jorge... Et puis derniere semaine pour moi...

D'ici la, nostalgie, encore de nouvelles rencontres, d'excellents moments, et des moments de blues...

Labels:

Sunday, June 10, 2007

Never Ending Day

Bon, tout d'abord je ne resiste pas a poster cette video de Sarkozy au G8 qui apparemment n'avait pas bu que de l'eau lors de son entretien avec Vladimir Poutine:


Sinon, pourquoi never ending day? Tout simplement parce que ma journee d'hier a ete sans fin.

Elle a commence tres tot, lever vers 9h (alors que retour de boite, aie), pour assister a la presentation d'un projet artistisque d'Andra contre les discriminations et aussi accessoirement recuperer mon portable qu'elle avait garde (oui je n'aurais pas dormi que 3h juste pour le plaisir sinon).

La presentation dure, puis bien evidemment on va tous siroter quelques bieres avant d'aller a la parade Gay juste apres la pluie.
Arrivee a la parade,c'est assez impressionant. D'abord il faut savoir que tout le perimetre est totalement quadrille et certaines rues aux abords de Piata Unirii sont fermes aux pietons. Deja, en 2005 la Gay Pride etait menacée d'annulation par la mairie de Bucarest mais a finalement lieu grâce au soutien du président Basescu. En 2006, des groupes d'extrême droite sont venus perturber le défilé, qui se tenait pourtant sous haute surveillance.
Cette annee, beaucoup de rues etait donc fermees. On arrive quand meme jusqu'au cortege, entoure de policiers qui empechent d'entrer dedans. Evidemment, je m'en branle et y penetre. En gros, 400 participants, c'est peu, mais plus de 1500 policiers qui entouraient le cortege et servaient de remparts anti oeufs et pierres. Oui, car les "badauds" n'en etaient pas, il y avait autour beaucoup de militants traditionnalistes qui nous traitaient d'animaux et nous jetaient des pierres.

Tres bonne ambiance dans la marche, musique techno, beaucoup de particpants masques, drapeaux et bracelets arcs en ciel, beaucoup de journalistes presents aussi.

Arrives a Unirii, les choses se corsent, on entend de gros petards exploser aux abords, de plus en plus de pierres, les policiers sont obliges d'aller chercher leur dispositif anti emeutes afin de faire un mur mobile. De nombreuses arrestations aussi, notamment de groupes de skinheads.

Finalement, pas mal d'heteros dans la parade, avec quelques couples avec enfant, comme quoi peut etre que les choses vont evoluer. Beaucoup d'etrangers. Des pretres americains aussi, supportant le mariage pour les homosexuels. Mais un etat de tension clair. A la fin de la marche, les consignes etaient sans equivoque, il fallait cacher drapeaux et bracelets pour eviter toute agression (on l'a evidemment pas fait, ce qui a valu une belle altercation entre Simon et un jeune con). Mais la tension n'est pas retombee et c'est une atmosphere assez apocalyptique qui a suivi: de plus en plus de policiers, certains issus de l'equivalent roumain du RAID, enormement d'arrestations, plein de personnes frappees et embarquees dans les camions. Severe, mais heureusement que les policiers protegeaient tout le monde des groupes d'extreme droite.

Ensuite, evidemment soiree prevue au Queens la boite gay de Bucarest. Bon, cette soiree a ete extremement longue, bien evidemment a l'atmosphere orgiaque, donc je ne peux pas tout raconter ici, cela prendrait trop de temps, et mes souvenirs sont assez flous. Juste quelques reflexions:

- Sortir avec une bisexuelle n'est pas de tout repos
- C'est la derniere fois que je vais dans une boite homo avec autant de trous dans mon jean. En effet, mes trous deviennent assez vite des lieux de rencontres alors que je ne le desire pas
- Les jeux de style "celui qui rend l'autre jaloux a gagne" sont marrants mais completement debiles, surtout que je perds souvent
- Je devrais arreter de boire apres 5h du matin, car les fins de boites ne rassemblent pas les personnes les plus normales
- Il faudra que je previenne les filles que les morsures peuvent etre sympa, tant qu'on ne saigne pas apres. Dans ce cas, la personne y est alle un peu fort


On mixe tout cela, et finalement on se reveille a l'autre bout de Bucarest, le dos et le cou couverts de morsures et de griffures, mais extremement satisfait de la nuit.

Je ne balancerai AUCUN dossier!

EDIT: Apres debriefing avec Simon, je realise que je ne suis pas le seul a avoir eu une grosse fin de soiree. En effet, apres s'etre perdu a de nombreuses reprises sur le chemin du retour, il a apercu notre rue, plein d'espoir... puis s'est reveille dans une voiture de police, qu'il a prise pour un taxi! Il s'est reveille au moment ou les policiers, hilares, etaient tout proche de chez nous, et leur a dit "Arretez vous ici, merci beaucoup" comme a un taxi...

Labels: , ,

Tuesday, June 05, 2007

Summer time


Il y a un lieu qui va enormement me manquer, c'est la Motoare.

Alors, la Motoare c'est un bar en plein air au dernier etage du Teatrul National.

La Motoare, c'est des bieres pressions pour 3lei , et une Guinness offerte pour une achetee.

La Motoare c'est une scene de theatre en plein air, avec parfois des pieces adaptee de livres francais (Ce soir, "Dragostea dureaza trei ani - l'amour dure trois ans").

La Motoare, c'est une faune locale de 16 a 25ans, pas snobs pour un sou.

La Motoare, c'est une programmation musicale capable de passer dans l'apres midi les Kaiser Chiefs, Bloc Party, Clap your hands say yeah, The Killers, Coldplay et les Arctic Monkeys (mais pas Blue Sparks)

La Motoare, c'est des fins d'aprem commencant par "Je viens seulement pour une biere" et se terminant en titubant alors qu'il fait deja nuit.

La Motoare, c'est des bancs facon taverne ou se melangent et s'additionnent des groupes de gens qui ne se connaissent pas, faisant ensuite un enorme groupe de gens se connaissant.

La Motoare, c'est tous les jours de nouvelles rencontres originales. J'y etais hier avec Simon et Andra, et j'ai pu rencontrer du beau monde autour de bieres: du graffeur a la journaliste pour une tele turque qui ne parle pas turc, en passant par le batteur, la styliste, Veronica, la blogiste ou encore le mec contre qui je joue au foot chaque semaine et que je n'avais pas reconnu. Apres tout ca, je me retrouve en partance pour Cluj-Napoca ce weekend. I LOVE Motoare

Labels: ,

Saturday, June 02, 2007

Ouhla

Ah, la c'est mon deuxieme... (Je m'arrete la pour aujourd'hui ne vous en faites pas...)

Labels:

N-am plecat

Ah, c'est mon premier post de Juin.... mon dernier mois ici...

Labels:

Mergem la..... MaXx!!!!

Retour de la culture dans ma vie Erasmus avec le concert d'Activ hier soir au Club Maxx...

J'avais deja decrit le Club Maxx comme un Mega Macumba de province, avec son nombre de danseuses nues, de Lolitas entourees de gros bras, de barons locaux a colliers en or et de fellations plus ou moins eloignees des pistes de danse.

J'avais, je pense, du etre trop severe et probablement negativement influence par la perte de Fleur au beau milieu du dancefloor (voir mes posts de septembre, pour ceux qui se feraient chier a effectuer des recherches concernant ce que je raconte). En fait, cette boite a un charme certain pour quiconque daigne ne pas la juger sur ses apparences de fille facile et devetue.

Hier soir, c'etait donc le concert d'Activ, groupe qui a longtemps berce mes jours et mes nuits ici, jusqu'a ce que je me rende compte que la neo-culture locale ne se limitait pas qu'a ca. Ce fut donc un retour aux sources pour moi, et je dois avouer que cela m'a fait du bien de sortir un peu de la routine boites rock/bieres/tequilas/vomi.

Oana (le nom de la chanteuse du groupe) etait comme a son habitude magnifique. Sa voix en live etait, euh, humaine. Les danseuses etaient inattaquables et je connaissais la plupart des paroles par coeur.

Soiree donc uniquement dediee aux arts, la danse et la musique principalement. Je n'ai ramene personne, aucune envie, aucune ouverture aussi il faut bien le dire, je n'etais pas ivre, et me souviens encore de toutes mes phrases de 20h hier jusqu'a aujourd'hui, ce qui encombre considerablement mon cerveau; mais tout cela ne m'a pas empeche de me reveiller ce matin a 13h30, mettant a mal toutes mes velleites de revisions.

Soiree finalement assez remplie et commencee, tadaaa, par Ripostes sur tv5monde. Sujet "Mais ou est passee la gauche?" et tout plein d'invites: Phillipe Val, tete a claque, Edwy Plenel, qui devrait etre le mannequin d'une campagne anti moustaches "Voulez vous devenir comme lui?", il y avait aussi une trentenaire toute mignonne type generation precaire que j'ai beaucoup appreciee mais qui etait peu ecoutee a cause de son age, un mec en noeud papillon et la, la question ultime, mais comment les vendeurs de noeuds papillon survivent-ils encore de nos jours?; et egalement un cineaste inconnu a chemise rouge qui appelait a la revolution des caissiers de metropole et des ex-colonies.
Ouf, mon cerveau est toujours en marche.

Bon weekend a tous et 2 Bountys a celui qui connait le nom exact de la nymphomanie masculine.

Labels: ,