& Life is Superbueno....Chapt II: May 2007

Life is Superbueno....Chapt II

Sorties, Voyages, Politique, Balkans... Un condensé de moi couché sur écran

Wednesday, May 30, 2007

Stand by


Ca y est, les premiers départs sont là... Et franchement, ça fout le blues, même si la perspective de passer à autre chose reste quand même très excitante, tant l'urgence semble être de mise au vu de tout ce qu'il reste à vivre.

J'avoue ne pas avoir totalement compris cette phrase.

Beaucoup de mes amis commencent, à rentrer en France. Boudu part d'ici quelques jours préchauffer son barbeuc en m'attendant. Dès que je rentrerai à Bordeaux, je me dirigerai chez lui, à Eysines, et il sera là avec sa touffe, piquant de sa main droite une chipolata crue et me posant sa célère question "merguez ou chipo?" et là je lui répondrai bien évidemment "Merguez" comme toujours, mais au fond de moi je penserai "Mici" et il pensera "cevapcici".

Guyguy rentre aussi d'Helsinki. C'est le grand retour au manoir. Le Guyguy va nous rentrer toujours le même mais tellement changé, et je ne parle pas de ses cheveux qui sont loin d'être un modèle du genre; mais bon, lui au moins en a abondamment.

Madec rentre de Slovaquie. Un retour à la vie normale pour lui. Fini les incursions dans les dortoirs des filles en défonçant les portes à coups d'épaule. Fini peut-être aussi les "chopages de moches" comme il dit. il se sait maintenant surveillé.

Et moi je suis pour l4instqnt encore la. Plus qu'environ trois semaines avant la mise en coma profond et peut etre definitif de ce blog pour cause de depart de Buca (mais pas encore retour en France, seulement le 2 juillet)Au moment ou j'ecris, je ne sais pas pourquoi le clavier vient de passer en qwerty rendant la redaction de ce post tres tres chiante.

Je suis en plein exams actuellement. Il faut bien passer par la, mais j'avoue ne pas du tout avoir ni l'envie ni la tete a ca.

Ah la je me rends compte que le clavier est qwerty pour le post, mais azerty pour msn... Ce post ne sera peut etre pas tres long...


Bon allez jabrege mes propres souffrances et me reserve pour un prochain postm depuis un autre ordinateur.

Bonne fete des voisins a tous...

Saturday, May 26, 2007

Nada mas triste



Mes posts sont en ce moment assez rare. Sans me défiler d'une quelconque flemme, je vais tenter de livrer quelques explications:

- On est 7 à la maison (avec Happy dans le rôle de Happy): Cecilia est là jusqu'au 1er juin ("on veut se marier avec Simon" dixit... "Redeviens le Simon qui a été mon colloc!" dico...) et le cousin de Fien est là aussi jusqu'à lundi.

- J'ai découvert hier que beaucoup de mes exams étaient la semaine prochaine.

- Mon ordi a beaucoup de mal en ce moment, il chauffe en 5 min, mais à fond, pour tout dire je transpire lorsque je reste un quart d'heure en face, il s'éteint sans explication, sent le barbecue... bref... il n'est pas au mieux.

- Il fait en ce moment trop chaud pour faire quoique ce soit. Dès 10h du matin, il fait 30°, donc mes journées consistent à ne rien faire, me trimbaler en caleçon, ou aller au Parc Cismigiu regarder la vie passer (pour la raison évoquée précédemment, j'évite de trop utiliser mon ordi)


Sinon, il me reste officiellement moins d'un mois pour tenir mes engagements ("Ok je coucherai avec ta pote", "Rappelle-toi on a un deal on doit se choper dans 3 semaines", "C'est pour quand le papier sur le féminisme? La semaine dernière"?, etc...)
Coup de coeur du moment, pas du roumain, mais de l'espagnol: Hidrogenesse (www.myspace.com/hidrogenesse), Chico y Chica ( www.myspace.com/chicoychica)et Mano de santo (photo www.myspace.com/manodesanto), originaires de Madrid, Bilbao et Salamanque. Oui, la plage me manque!

Ah et sinon, Basescu a été plébiscité: 74,30% des votants ont voté pour son retour à la Présidence.

Et une trouvaille du net: http://www.bbc.co.uk/sn/hottopics/climatechange/climate_challenge/
Un jeu dans lequel vous êtes président, et vous devez réduire les gaz à effet de serre!

Labels:

Monday, May 21, 2007

Prieteni copiilor



Arnaud C. est un type formidable, un bon chrétien, je le propose à la béatification...

Journée si longue hier qu'elle me fatigue à nouveau rien qu'en y repensant.

Alors, qu'ai-je fait? Tout d'abord, la journée. J'ai participé à la journée des enfants organisée par l'association Prieteni copiilor, pour laquelle bosse Carlotta, et à laquelle participent déjà Pamela et Cecilia. En gros, j'ai un peu repris le rôle que j'ai pu avoir quand j'ai fait la colo. J'étais avec mon t shirt de l'asso (cette fois couleur vert pomme), et j'ai passé ma journée à aider les petits à faire de la peinture, des colliers de pâtes, etc. Cette association s'occupe des enfants récupérés dans la rue, des enfants abandonnés, orphelins, en situation sociale compliquée (battus, etc), vivant dans la rue, vivant grâce au vol, etc; et se charge de leur faire faire des activités ludiques, de les inciter à aller à l'école et de les aider dans les études, et parfois de les héberger.

Journée inoubliable parce que ce genre de situation fait mal au coeur. Les enfants étaient si mignons et si reconnaissants. Ils ont fait un spectacle de ouf avec cracheurs de feu, gymnastes, danse. On en avait les larmes aux yeux.
C'était une si belle journée, c'était si bon de leur offrir tout ça, de les amuser, de s'amuser avec eux, de les voir si heureux, bref, comme je l'ai dit: inoubliable, les mots me manquent pour décrire.

Juste deux choses que j'ai moyennement aimé: le fait que la présentatrice de la journée explique sans cesse dans son micro que l'asso "récupère des enfats battus, etc". C'est bon pour faire connaitre l'asso, mais les enfants ont pas besoin qu'on le leur rappelle sans cesse non plus; et le fait que des connards de policiers soient venus faire descendre tous les enfants qui étaient montés sur la barrière du chapiteau pour regarder le spectacle de leur collègue. Quels connards de flics, de toute façon je n'ai de respect que pour les flics n'ayant pas un énorme ventre ç bière.

Petit moment assez cocasse: je suis sur une barrière en train d'en chier pour fixer une banderole (que finalement un gamin fixera...) quand en sautant sur la barrière mon jean se déchire et s'ouvre totalement, non pas à l'entre jambe, mais vraimnt au niveau de la braguette, creusant un énorme trou et révélant mon caleçon à tous les gamins juste en face de moi qui me demandaient tous si j'avais besoin d'aide. Ils ont appris un nouveau mot adéquat lorsqu'on déchire son jean: "Merdeuu!"


Sinon, le soir, bon je ne vais pas faire original, je me suis tapé une énorme cuite. Assez impressionante, car je n'ai jamais arrêté de boire, et je n'ai jamais vomi.
Ca a commencé à Casino, excellent plan car la nourriture, l'alcool et les clopes sont à volonté. On y est donc allés avec Fleur, Alex, Emily, Pamela, Rachel, le frère de Fleur, Manon et une pote à elle; et on s'en est donné à coeur joie. J'ai horreur des casinos normalement, mais j'ai bien défoncé le buffet et aligné les Finlandia. On est allé jouer à la roulette électronique avec Pamela, car la roulette normale nous paraissait trop compliquée. Bon plan, car on n'a pas perdu un centime, on a juste gagné 10lei, on a bien sympathisé avec les serveuses ce qui fait qu'on a continué à avoir de l'alcool et des clopes alors que dans l'autre salle, le bar refusaient de servir tout notre petit groupe, et je ne me rappelle plus du 3e point.

Vers 1h30 on part pour le Revenge et là énorme soirée avec beaucoup de monde, d'Erasmus, d'amies roumaines, etc. Je ne me suis jamais arrêté de boire, impressionant. Situation très compliquée à l'origine, car il y avait trop d'ex, de filles que je voudrais choper ou qui voudraient me choper. Etourdi par la situation, j'ai décidé de boire et de laisser Dieu décider. Finalement, je suis rentré tout seul.

Pamela a une belle cloque sur le bras à cause de moi. En fait, je l'ai prise sur les épaules et on a dansé et bêtement je me suis mis à sauter, sans avoir calculer la distance jusqu'au plafond. Elle a donc dû se plier pour ne pas s'y cogner, malheureusement j'ai sauté juste au dessous d'une ampoule, qu'elle n'a pu éviter.

Retour donc chez moi vers 7h30 en plein jour. Réveil à 13h complètement bourré et nauséeux. Pamela a gagné le match d'haleine et a failli me faire vomir. Bref, longue longue journée.

Labels: ,

Saturday, May 12, 2007

No pasaran


Alors que l'on entame le cinquième jour de la France d'après et que le plein-emploi n'est toujours pas revenu, certains scientifiques américains ont l'air visiblement de se faire chier et de nous faire chier accessoirement.

En effet, selon 20minutes, "Une étude épidémiologique vient de révéler que les personnes qui ont eu des rapports sexuels oraux avec plus de cinq partenaires ont cinq fois plus de chance de développer un cancer de la gorge. Responsable désigné: la transmission du papillomavirus humain (PVH), un virus impliqué dans les verrues et la majorité des cancers du col de l’utérus."

5 partenaires oraux... En une vie... Ca se passe de commentaires, mais je ne savais pas que certains n'avaient encore pas de partenaires oraux dans leur vie. A croire que cette étude ait été commandée par l'association des éjaculateurs précoces ou le comité anti-préliminaires...

"Pour mener à bien cette étude, publiée jeudi dans le New England Journal of Medecine, Maura Gillison et ses collègues de la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health de Baltimore (Etats-Unis) ont prélevé des échantillons de sang et de salive sur 100 patients souffrant d’un cancer de la gorge et sur 200 volontaires «sains». Ils ont également soumis ces sujets à un questionnaire détaillé sur leur mode de vie et leurs pratiques sexuelles."

Alors donc merci à eux qui nous démontrent en gros qu'une pipe ou un cunillingus est aussi dangereux qu'un cigare... Ca va être très agréable maintenant...

"Bien qu’on soupçonne depuis longtemps un lien entre PVH et cancer de la gorge, aucune preuve n’avait jamais été apportée. En analysant les échantillons de salives, les chercheurs ont pu ainsi déterminer que ceux qui ont été un jour infecté par le PVH ont un risque 32 fois plus élevé d’avoir un cancer de la gorge, voire de 58 fois pour les souches les plus virulentes de papillomavirus ! La fumée ou la boisson n’augmentent ce risque que de trois fois."

Ah non en fait c'est même bien plus dangereux... On attend les premiers procès...

"A l’aide des réponses aux questionnaires, Gillison et son équipe ont également pu démontrer que les rapports sexuels oraux (cunnilingus ou fellation) augmentent le risque de développer un cancer de la gorge du une infection à PVH. Le risque est ainsi doublé pour ceux qui ont eu de un à cinq partenaires sexuels «oraux», et quintuplé pour ceux qui ont eu plus de cinq partenaires. Ces résultats devraient permettre de mieux prévenir l’apparition des cancers de la gorge. Les chercheurs suggèrent notamment d’encourager l’utilisation de préservatifs pendant les rapports oraux."

Mouais... En tout cas, ça va faire des heureux, les fabriquants de préservatifs puisque ces aimables chercheurs recommandent l'utilisation de préservatifs lors de rapports. On remarque d'ailleurs qu'ils suggèrent les préservatifs, mais quid des cunillingus??? Si on me répond "préservatif féminin" je pense que je préfère mourir d'un cancer de la gorge.

Labels:

Thursday, May 10, 2007

Sunt fericit


Back from Malta où je suis parti me ressourcer un peu sur un yacht avec quelques amis adeptes du footing, les derniers jours ont été consacré pour moi à bosser un petit peu. Il était temps. Donc rien de spécial à raconter. Je ne vais pas en cours pour faire mes papiers chez moi. Une fois chez moi je suis posé devant l'ordi: msn, infos, musique, etc. Simon bosse à côté. J'écris deux ou trois phrases pour me dire que je n'ai pas perdu ma journée. Puis le soir rebelote. Je ne sors pas pour ne pas culpabiliser. Après, on se boit quelques bières pour se donner du courage. Et là, je bosse deux fois plus vite, mais au delà d'un certain nombre, je ne bosse plus du tout, et finalement on scotche devant HBO (très bon film hier: We don't live here anymore, avec Naomi Watts)

Je me suis réveillé tout transpirant en pleine nuit et tout... ému, hum...Je ne sais pas ce qui m'est arrivé, mais je me suis mis à penser à mes ex. Pas toutes, mais même certaines que j'avais vu qu'une nuit. Je sais pas ce qui m'est arrivé. Selon Beigbeder je serais "passéphile". Après tout il y a bien des pédophiles et des zoophiles, donc si mes gênes ne sont que passéphiles, ce qui n'est pas dangereux pour la société, je ne vais pas me plaindre, j'aurais pu être plus mal loti. Enfin bon, c'était assez étrange de faire un rêve ne mettant en scène que des Exs. C'était pas "le dîner de cons" non plus, plutôt "le 6e sens", même si c'était surtout des bons moments que je revoyais ou que je vivais.

Enfin bon, voilà pour mes tourments noctures.
Aujourd'hui j'étais sensé aller en cours, mais Romain (un garçon rès intelligent au demeurant) a le don pour me dissuader. Je me suis vengé en le dissuadant d'aller à l'Institut français. Finalement, on a matté "Chacun cherche son chat" chez lui...

Sinon, aujourd'hui aussi je n'ai trouvé de mieux que de ne plus me rappeler de mon code de carte bleue. DOnc après trois tentatives infructueuses, ma carte ne fonctionne plus. Et maintenant, je me rappelle du code... Il y a des journées comme ça...

Hereusement, Manaudou aussi est une grosse feignasse.

Labels:

Saturday, May 05, 2007

Doar o noapte de adio

Les deux dernières soirées ont été très très difficiles pour ma santé. Je vais essayer de relater ce dont je me souviens, c'est déjà ça.

Jeudi soir, dîner italien (en gros, des pâtes) chez moi avec pas mal d'Erasmus, puis débarquement à l'Hotta, dont j'avais déjà parlé sur ce blog. Hotta complètement bondé, ce qui est gênant pour une boîte censée n'être connue que par le bouche à oreille. Ai failli me faire virer parce que je m'amusais à allumer et éteindre la lumière du bar.

Vers 5h, tout le monde décide (merci la solidarité) d'émigrer vers le Club A, boîte où je suis interdit (l'abus d'Arnaud étant dangereux pour la santé). Comme à chaque fois, je l'explique aux gens, et comme à chaque fois ils me disent "Nan mais tu vas voir, là je suis sûr ça va marcher" et à chaque fois ça ne marche pas.

Cette fois ci pourtant je cède et tente une dernière fois. On se rend au Club A, moi un peu la peur au ventre, le videur ayant quand même promis de me défoncer la gueule la prochaine fois qu'il me croise, dans la boîte ou dans la rue, ce qui m'a fait rire lorsqu'il me l'a annoncé ("Vas-y, je demande à voir!", lui avais-je dit), mais qui me fait beaucoup moins rire lorsque je n'ai pas d'alcool dans le sang. On y arrive donc, et là je ne sais par quel miracle mais au moment où on y entre, aucun videur n'est à l'entrée! A l'intérieur, tout le monde me gueule "Ahhh Arnaud c'est énorme t'as réussi à rentrer!!!", alors que certains videurs se trouvent à deux centimètres de moi. Je ne me rends pas au bar, je garde ma capuche, et tout va bien. Heureux (ou pas) hasard, Veronica est là. Quand même bien alcoolisé, je lui fais la plus belle déclaration possible à cette heure-ci et dans cet état: "Stiu ca nu mai esti "amore mio" ,dar mai da-mi doar o noapte de adio" (je sais que tu n'es plus mon amour, mais je veux juste que tu me donnes une nuit d'adieu). Visiblement, ça marche (oui elle était bourrée aussi), et apparemment elle a envie de jouer avec moi, ce qui me remplit de joie étant un grand masochiste. En même temps, je ne suis pas narcissique au point d'aimer une fille qui m'aime aussi.

Au bout de seulement 20minutes, la boîte ferme et tout le monde se fait virer. Mon grand pote connard de videur, qui venait juste de parler avec Veronica, n'apprécie visiblement pas qu'elle m'embrasse devant sa gueule. Il me pousse, je ne bronche pas. Il me retourne, m'enlève ma capuche, je tente vaguement un "hello!" avec un grand sourire, mais il n'apprécie pas davantage et me dégage à coups de pieds au cul, ce qui m'a beaucoup fait rire.
Une fois dehors, j'embrasse Veronica, elle a toujours envie de jouer avec moi, et se barre chez elle. Cette frustration m'excite profondément.

Rentré chez moi vers 7h.

Après-midi off à glander avec Romain à manger des Mac Flurry.

Le soir, soirée frites by Rachel chez Alex en compagnie de nombreux Erasmus. Démarrage très lent de ma part, envie ni de boire, ni de sortir. Finalement, les pressions de Simon et l'ambiance très autrichienne (sa soeur, son frère, son beauf et deux amis à lui sont là pour la semaine) m'entrainent vers quelques verres davantage remplis.
Ensuite, on bouge tous à l'Expirat, boîte où je peux rentrer. La boîte est bondée et bizarrement remplie de bombes sexuelles. Il y a deux sortes de boîtes qui frustrent profondément, les boîtes où il n'y a que des moches et les boîtes où il n'y a que des canons. J'ai beaucoup fréquenté les premières en France.

Ceci est peut-être dû à mo ntaux d'alcoolémie qui augmente de plus en plus, je ne sais pas(vive la vodka-rien-d'autre!), mais j'ai l'impression que la musique n'a jamais été aussi bonne de toutes les boîtes où je suis allé dans ma vie.
Rencontre avec Adi, qui s'avère être dircom de chéplusoù, et qui, peut-être gay (enfin, il m'a dit que non) m'offre 4 bières. Puis, j'ai pu arracher un baiser à une fille pendant que son copain, le dos tourné, frottait ses fesses à elle.



Retour très difficile à l'appart, après avoir rendu mes frites. Avec Simon, on s'arrête à un shawarma, que je rends immédiatement contre une Peugeot, et arrivée à l'appart. Café en compagnie de Pamela, puis je tombe de ma chaise et m'endors en compagnie de Simon sur le tapis. Levé à 11h avec un certain mal de dos, je rampe jusqu'à la chambre et me rendors.

It's a hard knock life.

Labels:

Tuesday, May 01, 2007

Vama Veche





Je reviens juste de 3jours de folie à Vama Veche, sur la côte de la mer Noire, tout proche de la frontière bulgare.


Il est de tradition ici que le weekend du 1er mai, tous les étudiants des 4 coins de la Roumanie se retrouvent à Vama Veche. Au menu: camping sur la plage, feux, alcool à flots, concerts, etc . Les principales boîtes de Bucarest (Expirat, Club A, etc) se délocalisent pour l'évènement et s'organisent en paillotes sur la plage.

On est donc parti samedi matin avec Ilione, Riccardo et Galea en voiture. Arrivés à Vama Veche, comment décrire? Environ 2500 jeunes, des tentes partout sur la plage et aux alentours, un village tout petit, des concerts partout, des stands de poisson frits, des gens bourrés partout, bref, le paradis...

Avec le recul, j'avoue que ce sera extrêmement difficile de tout retranscrire, tant les trous noirs sont nombreux, que la fatigue a été accumulée et que l'ambiance doit être dure à décrire.

Enfin anyway, samedi donc, on arrive, on retrouve tout le monde sur la plage, on commence à boire. Courageusement, je prends un bain de mer, l'eau doit être à 15°C, quelque chose comme ça. Pour dîner, Riccardo réussit le tour de force, de faire un feu et de cuisiner des pâtes. Le soir, concerts partout, on se retrouve se perd, se trouve, etc etc. Tellement de monde sur la plage que les rencontres sont nombreuses. Taux d'alcoolémie ultra élevé. L'ambiance ressemblerait à une Université d'été des sexys centristes en moins drogué ou à un Woodstock qui aurait mal tourné (à moins que ce soit l'inverse). Divers feux sur la plage (il fait 1°C la nuit), danse, micro sommeils sur le sable, retour en boîte, descente d'alcool, tout cela pour se terminer par un magnifique lever de soleil en bonne compagnie. Incontestablement, la vue du soleil se levant sur la Mer Noire restera un des grands moments de cette année pour moi. On est là allongé, sur la sable, on regarde, et on se dit que c'est magnifique, en se demandant ce qu'on fait là.

Dimanche, la journée commence différemment pour moi. En effet, je me réveille, j'ai le taux d'alcoolémie encore ultra élevé, et surtout je n'ai plus de voix. Je passe la journée à comater sur la plage, vraiment pas en forme, et ne retrouve ma voix que vers 4h de l'après midi. Les italiens débarquent en nombre et me réveillent, sans que je comprenne comment ils ont pu me reconnaitre. Toute la communauté française est là aussi, les belges, les espagnols. De mon appartement,seules Pamela et Fien sont venues. On est tous aux 4 coins de la plage. Il règne une ambiance estivale, la musique ne s'arrête jamais, reggae, etno rock, c'est super.
Finalement, je chope coups de soleil sur coups de soleil, et commence sévèrement à devenir rouge.
Mais bon, anyway comme on dit.

Le soir, rebelote, belle caisse encore une fois, soirée passée à accumuler les tequilas. Affaili par l'alcool et les coups de soleil, je rends l'âme à 4h30 du matin et vais dormir dans la voiture.

Lundi, le réveil et la journée se passent mieux. Toujours crâmé par le soleil (enfin, comparé à Manon, je ne suis pas si crâmé que ça finalement), mais en bien meilleure forme. Sinon, pareil: comatage sur la plage, musique, bières, douche bienvenue, poisson frit, etc. On est parti se balader un peu dans la campagne environnante, très typique. Le soir, concert de Suie Paparude, un groupe plutôt connu ici, beaucoup d'alcool encore une fois (oui je sais je me répète). Alors qu'avec Ilione et Pamela, on attendait de retrouver les autres, je pars pour une balade. En fait je m'endors sur la plage, et bien entendu, je ne retrouve plus personne ensuite. Je croise donc dario,hector, dora et andreea, et squatte avec eux, puis avec Ion, à boire de la liqueur de cerise, ce qui est assez vomitif. Je retrouve les autres, on va à l'Expirat (oui pour changer un peu on va à Vama Veche aux mêmes boîtes qu'à Bucarest... J'ai donc passé mes trois soirs à l'Expirat...)

La soirée est sans fin, le jour se lève, les sacs de couchage affluent sur la plage, mais visiblement personne n'a envie que ça se termine. Et on était là entre amis, à vouloir prolonger chaque instant, pour qu'il dure une éternité. Retour à la voiture vers 8h30 du matin. Et retour aujourd'hui à Bucarest.



Bilan du weekend: je suis rempli de coups de soleil, j'ai trimballé une odeur nauséabonde tout le weekend (notamment ce matin, mélange vomi/alcool qui m'a quand même réveillé) j'ai passé la majeure partie du temps avec de l'alcool dans le sang (mais beaucoup ont été bien pires..) mais c'était vraiment quelque chose d'énorme. C'était un grand moment que je n'oublierai jamais. Bien spur, là, avec la fatigue, j'ai du mal à écrire, à bien retranscrire tout ce que j'ai vécu, ou même à sélectionner le plus important ou intéressant; mais ce qui compte, ce qu'il faut retenir de ce weekend, alors que l'année va bientôt toucher à sa fin, c'est que c'était un moment inoubliable.

En bonus, je vous mets cette video du groupe moldave Zdob si Zdub. Cette chanson a bercée mon weekend!

Labels: , ,