& Life is Superbueno....Chapt II: What else?

Life is Superbueno....Chapt II

Sorties, Voyages, Politique, Balkans... Un condensé de moi couché sur écran

Monday, June 18, 2007

What else?



A l'heure qu'il est, Simon doit être arrivé et Jorge doit être à des milliers de kilomètres au dessus de la Méditerrannée (Boudu expliquera l'altitude habituelle s'il passe sur ce blog). Ils sont donc partis aujourd'hui, début d'une terrible semaine qui verra Romain partir mercredi avec Alex, Fleur, Emily, Rachel; et moi-même quitter le pays samedi.

Depuis vendredi et notre départ de l'appartement se sont succédées de nombreuses "dernières soirées". Jeudi (oui je commence par "depuis vendredi" et j'embraye par "jeudi"), dernière soirée repas entre collocs-Ota-pour finir au Dark House, boîte glauque où j'avais perdu mon portable il y a quelques mois. Cette fois ci, on a écouté du Manele, de la techno, et j'ai montré mes techniques de Lap dance. Vendredi avait eu lieu la dernière soirée chez Alex, avec pour thème ultra original d'organisateurs paresseux : "chaque appart a son thème". Ayant un appartement de grands alternatifs, notre thème était le "No Topic". Avant cela, je me suis fait larguer, ce que je n'avais pas prévu, mais depuis quelques heures je me rends que cette rupture n'était qu'un CDD de quelques jours (je devrais peut-être supprimer mon message précédent d'ailleurs). Soirée de vendredi géniale, mais on peut dire que je suis passé par toutes les émotions. La joie, la colère, les toilettes, le rinçage, la re-joie, puis je me suis mis à chialer sans m'arrêter, puis à rire à fond, puis à re-chialer, puis à re-rire, puis à déprimer sur le chemin du retour. Je précise que nous sommes aussi allés à l'Expirat. Si j'avais eu toutes ces émotions chez Alex, ç'aurait été un mauvais remake de l'Exorciste.

Samedi, peu de souvenirs mais ce n'était pas génial. Ah si, Expirat encore. Les barmen/maids vont commencer à croire que je suis amoureux de l'un ou l'une d'entre elles tant je vis là-bas ces jours-ci. Rien de spécial à signaler. J'ai retrouvé la fameuse fille canon dont je ne me souvenais plus du nom mais que j'aurais selon elle embrassé à Vama Veche. Comme toujours entre nous (enfin je ne parle que de la seule fois dont je me souviens lui avoir parlé), la discussion a tourné court:
Moi: "Je suis désolé, je sais que je te connais; mais je ne me souviens plus d'où
Elle: (sourire) -Encore? A Vame Veche tu t'en rappelles toujours pas!
Moi: - Mais si bien sûr. par contre, je me rappelle toujours pas de ton prénom.
Elle: (rires) xxxx (me dit son prénom)
Moi, après avoir dit "OK" puis après un léger temps: Attends j'ai déjà oublié, c'est quoi déjà?"

A ce moment-là, elle s'est barrée.

Dimanche, officiellement dernière soirée de Simon et Jorge, chez Costant, un ami espagnol de Jorge. Enormément de monde présent. on se promet diverses choses: "oui je viendrai te voir à Berlin", "carrément tu viens me visiter quand tu veux", "tu pars aux Kenya l'an prochain? Mais oui je viens!", etc. Enormément d'Erasmus présents. Les italiens assez en retard, peut-être parce qu'ils ont longtemps cru que la soirée se déroulait à Constanta, sur la côte. Pas mal de roumains aussi. Andra est là. Sans parler de notre "rupture", on ressort ensemble au moment où je lui expliquais que je n'éprouvais rien de plus que de la sympathie pour elle. Comprenne qui pourra.
Vers 3 ou 4h je ne sais plus, la police arrive donc on part tous. Où peut-on continuer? Chez Alexandru Kivu, businessman dans les sanitaires et apparemment bien implanté politiquement ici, mais ce n'était pas le moment d'en discuter. On a donc bougé jusqu'à son immense maison, qui a impressioné tout le monde. Puis, retour et nuit en compagnie de Romain, comme toujours cette semaine, après avoir récupéré et porté une luge trouvée dans le grenier de Kivu pour Marta.

Et donc on en arrive à aujourd'hui. Le grand jour tant attendu est arrivé, Jorge et Simon sont partis. On s'est donc retrouvé pour un dernier déjeuner ensemble. Histoire de manger et transpirer ensemble. Oui, il faut savoir qu'en ce moment il fait 35° à Bucarest donc je transpire toute l'eau de mon corps. Simon, le premier, est parti, au milieu d'une Napoletana qui m'assoiffait tant elle était salée. J'ai pu faire rire tout le monde, car mes glandes lacrymales ont commencé à s'éveiller. On est ensuite allé chez Carlotta pour récupérer les affaires de Jorge, et pour que je dorme un peu sur le parquet, juste réveillé par les appels en absence et textos. Puis, Jorge s'en est allé à son tour et je suis retourné me coucher.

Labels:

0 Comments:

Post a Comment

<< Home