& Life is Superbueno....Chapt II: ... comes to an end

Life is Superbueno....Chapt II

Sorties, Voyages, Politique, Balkans... Un condensé de moi couché sur écran

Thursday, June 21, 2007

... comes to an end



On croit que l'on est prêt, que tout a été prévu, envisagé, que rien n'est plus improvisé. On s'imagine que l'on a tout vu, tout vécu au cours de cette année, qu'il n'y aura plus de surprise, plus rien à découvrir. On se prépare au départ en sachant depuis le début que cette échéance arriverait. On est tellement prêt qu'on se dit que ce sera une formalité, puisqu'après tout le bonheur de cette année, il faut bien que celle-ci s'achève. Et puis, finalement on rencontre de nouvelles personnes, de nouveaux intérêts et on regrette de ne pouvoir approfondir certaines relations.

Simon est parti au milieu d'une Napoletana, Jorge avec un gant de mariée à la main et le maquillage de la veille, Fleur, Emily et Alex après une dernière soirée chez les italiens, Romain en laissant une copine inconsolable (mais pas enceinte).

Et moi, je suis encore là pour 48 heures, dans cette ville qui m'aura vu grandir. Chaque départ me fait pleurer ma propre fin, mes propres adieux, quoique tant d'amour, tant d'émotions, tant de bonheur trouvés ici ne peuvent être la fin de quoique ce soit. Evidemment on ira bien, mais on ne sera plus jamais tous ensemble.

D'ici 48 heures, j'entamerai un dernier périple, qui me mènera à Belgrade, Podgorica, Kotor, Dubrovnik, Sarajevo, Zagreb, jusqu'à Venise où m'attendra MyAir et ses 15 kilos autorisés. Je n'aurai ainsi pas le temps de poster autre chose, seulement à mon retour pour fermer ce livre.

J'approche donc inexorablement de mon end of the road, ce qui signifie la mise en coma progressive et méritée de ce blog. End of the road, parce que mine de rien c'est quand même l'histoire d'un avion qui décolle...

Merci donc au casting exceptionnel de ce blog, je n'aurai pu rêver de meilleurs partenaires. Je ne les citerai pas, car comme, dans tout bon film du Splendid, les acteurs n'apparaissent qu'à la fin, par ordre alphabétique et non d'importance. Et comme tout bon film du Splendid, une suite peut être envisageable, si le public suit. Merci à ceux qui sont venus compléter ce casting pour de nombreux épisodes (Veronica, Andra, Andreea, etc...). Sans vous, le scénario serait resté figé dans un film Erasmus traditionnel, alors que j'ai trouvé bien plus ici. Et puis, Michel Blanc aussi a fini par obtenir des premiers rôles et ces rôles furent les plus émouvants pour lui, alors, on ne sait jamais ce que l'avenir peut apporter. Merci enfin aux figurants et seconds rôles (la tequila, l'absinthe, les Ursus, l'Expirat, les Fornettis, le Revenge, la Nausée, l'Etre et le Néant...), partenaires particuliers de cette année ô combien riche. Même si le comique de répétition peut en énerver certains, je voudrais rappeler que Bruno Moynot m'a fait rire dans les trois Bronzés.

Quant à moi... Dieu sait ce qu'Il me réserve pour la suite... Que m'a apporté cette année? Tout, évidemment tout. Je suis né en 2007 à Bucarest. L'avenir est à présent un flou dégagé, et nous pouvons le voir tous ensemble. Toujours sans oublier que ce n'est la fin de rien, juse un nouveau commencement.

Et puisqu'il faut bien une bande originale...

Labels:

4 Comments:

Anonymous Alex said...

:)
il a grandi mon Arnaud...

tu verras, les plus belles aventures sont loin d'être achevées. tu n'imagines pas la force de moments que vous allez vivre maintenant... après l'avion qui décolle, tout le monde se retrouve à Saint Pétersbourg... ou Bordeaux, Madrid, Londres, Paris, Berlin ou Bucarest! le meilleur reste à venir!

Hâte de te voir.
Take care

10:29 AM  
Blogger Tanguy said...

T'inquietes coco, quand on part on se dit toujours que l'année passée vaut à elle seule les 20 années précédentes, qu'on a radicement changé (et Dieu sait que j'ai changé...) ... Mais tu verra ... Ce n'est qu'une belle illusion romantique qui surgit du trop-plein d'émotion qui nous submerge à la fin... C'est un peu comme la tentation masochiste d'écouter Francis cabrel :) dans l'avion du retour... tu verra, tu raccrochera les wagons, et Erasmus deviendra une étape, un chapitre, plus qu'une naissance.

3:06 PM  
Blogger Tanguy said...

espèce de petit sentimental, va !

3:07 PM  
Blogger Aymeric said...

Un autre bien joli blog qui se termine.

Et Ljubljana, tu passes pas à Ljubljana???

J'ai croisé ta soeur hier soir. Et il me tarde de te voir mon grand!

10:21 PM  

Post a Comment

<< Home