& Life is Superbueno....Chapt II: August 2006

Life is Superbueno....Chapt II

Sorties, Voyages, Politique, Balkans... Un condensé de moi couché sur écran

Thursday, August 31, 2006

Popstar by Tocqueville

La rentree approche... c'est deja demain que les cours commencent, j'ai ni sac, ni fournitures, et ca fait deux soirs que je me couche a 4h. Donc le reveil demain a 8h risque d'etre difficile.

Je viens de passer deux soirees avec les finalistes de la Nouvelle Star roumaine. Et tout ce que je peux dire, c'est qu'ils sont geniaux. la, je parle de leur personnalite, pas de leur talent, qui est a peu pres comme ceux des autres pays. Mais, eux, ils sont super sympas, on vient de faire deux soires ou ils chantaient , ou on a pu discuter etc. Leurs gouts musicaux plairaient a Amandine, beaucoup de Backstreet boys, de NSYNC, de Britney Spears, Justin Timberlake, etc. Y'a aussi deux groupes de punk rock, un chanteur de musiques latinos (non toi non plou tou na pas chanchaiii), deux jumelles moldaves, bref, le casting a ete tres bien fait. Ils parlent de tout, de leur vie, d'ou ils viennent, on a pu parler politique (des supporters de Basescu!), et integration europeene, ce qui ne serait pas possible, je pense, avec les Nouvelle Star en France. Ils sont tous jeunes, de 17 a 23ans, et sont etudiants ou lyceens, quand ils ne sont pas sur les plateaux tele.

Ils sont tous tres matures et prennent du recul vis a vis de ce qu'ils vivent. Beaucoup font ca pour s'amuser , ou pour l'experience. Beaucoup viennent de villes pauvres de Roumanie et Moldavie donc sont contents d'etre la. C;est veritablement passionant pour moi de discuter avec eux, car ils ont tous une histoire particuliere.

Les roumains , que j'ai rencontre, sont souvent tres pessimistes en ce qui concerne leur pays, c'est assez deroutant, personne ne comprend pourquoi on vient etudier ici, ils nous disent tous qu'on a beaucoup de chance d'etre en France. Ils ont l'impression que les autres pays europeens ne les apprecient pas, et qu'ils ne s'en sortiront jamais.

Ca fait du bien de parler avec des gens d'ici, car dans la residence il y a enormement d'etudiants francais, et je n'ai pas trop envie de rester qu'entre francophones. Fleur a une colloc temporaire, une portugaise, veritable boulet qui est arrivee hier et qui ne fait que se plaindre, des gens, de la ville, des batiments, des roms, des enfants, de la pauvrete, du temps, etc etc Bien sur, je ne la loupe pas.

Labels: , ,

Tuesday, August 29, 2006

Fresh Star

Un petit message rapide juste pour signaler qu'on partage la Cite U avec les finalistes de la Nouvelle Star roumaine.

Donc en gros, des 11h du mat (parce qu'ils font bien la bringue le soir quand meme), ca braille du Britney Spears ( hit miiiii babiiiiiii one more tiiiiiiiiime oooooooh yeahhhhhhhh). Je sais pas si elles comprennent les paroles mais hit me, ca veut dire frappe moi, ce que je vais peut etre finir par faire.
Y'a aussi des groupes de "punk rock metal new wave" avec un gros brun a crete blonde et da'utres gars, dont un avec qui on a pas mal discute et qui nous a raconte, au bout du 10min, qu'en gros les Roms sont des animaux, et que lui regulierement avec ses potes il en bastonne quelques uns.

On a aussi rencontre les potes de Fleur (elle connaissait un roumain par sa famille qui est venu la chercher a l'aeroport avec un pote a lui), on est alle boire un coup avec eux, ils sont super sympas (mais les roumains ont l'air de moins boire que moi, par exemple). Ce sont des grands supporters du Steaua Bucarest, donc on va surement alle voir Lyon/Steaua en Septembre avec eux, et toujours en septembre, le grand derby de Bucarest: Steaua/Dynamo!

Labels:

Monday, August 28, 2006

C'est donc ici

On est donc arrives dans notre Cite U bucarestoise, et la 1ere chose a dire, c'est qu'on s'attendait a pire!

On est dans le meilleur building, le plus propre et le plus neuf, au coeur d'un enorme complexe etudiant (Regie), plus grand que le campus de Talence. Y'a des jeunes partout, mais ils ont l'air assez difficile a aborder.

On est pas loin d'un Carrefour (1.25 euro le deo Rexona!), y'a pizzerias et fast food partout.

On est a environ 6 ou 7 pas d'une boite de nuit, le Club Maxx, ce qui veut dire qu'on pourra aller se doucher entre deux danses, ce qui pourra m'etre bien utile, vu ma sudation excessive.

On partage une chambre, y'a ni table, ni penderie, mais c'est plutot confortable, mieux qu'une cite u francaise, et on a la salle de bain perso.

Techno dance roumaine a fond, j'adore!

Bref, ca devrait bien le faire, vivement qu'on rencontre d'atres djeunz dans le vent comme nous.

Labels:

Sunday, August 27, 2006

Ils sont ou les passages pietons?

Ca y est, nous sommes a Bucarest, et on ne devrait pas bouger avant quelques semaines. Nous sommes donc dans la ville dans laquelle nous allons passer un an de notre vie.

Apres un reveil difficile ce matin, du a la soiree terminee dans une boite de nuit de Brasov avec romain et ma soeur (qui a du se faire draguer ou mater par 90% de la population masculine brasovienne), puis le deluge, et je dis bien deluge, que l'on s'est pris en rentrant, (totalement trempes, et ma soeur qui a l'idee de continuer le chemin a pieds) on a pris un train super clase pour rallier Bucarest, train nettement mieux que nos TER, pour le grand amoureux de la SNCF que je suis (j'en suis presque a dire que la CFR est superieure a notre SNCF...).

Journee a Bucarest passe avec mon pere et ma soeur, snif il a fallu dire au revoir. Au retour de l'aeroport, il nous est arrive un truc assez particulier avec le taxi. On monte dans le taxi, pas de compteur. Bon, ca arrive souvent ici, donc il faut montrer qu'on connait bien les tarifs habituels pour ne pas se faire arnaquer. J'explique au chauffeur ou on veut aller, a notre auberge de jeunesse, je ne me rappelais plus de la rue, mais je savais le guider. Je le guide donc, et lorsqu'on arrive vers le quartier de notre AJ, ils demande plusieurs fois si je suis sur que c'est ici, puis il fait une drole de tete, mattant tout le monde, etant mefiant, et tout. Et une fois arrive a notre rue, on demande combien c'est, et il nous dit en gros "bah comme vous voulez, si vous avez bien aime le trajet ou pas, c'est vous qui voyez", apres l'avoir fait repete plusieur fois on lui a donne 20Lei (6euros), ce qui est le tarif habituel. Mais on etait quand meme bien etonnes! On nous a mis en garde sur les taxi arnaqueurs, voleurs, etc , mais on nous avait pas dit que certains nous disaient de payer ce que l'on veut!

Notre AJ est marrante, un peu pourrie mais ca va. Le quartier est particulier, ca fait tres favelas bresiliennes, on croise plein de jeunes enfants, souvent roms, torses nus, d'autres jouant avec des bouteilles en plastique, on a croise quelques personnes avec leur sachet de colle. J'ai fait, euh on va appeler ca une BA, en donnant 3cigarettes a 2gamines d'environ 12ans qui promenaient une poussette et qui, malgre leur age etaient en train de cloper. On venait de leur parler un peu, donc j'allais pas les envoyer chier quand elles m'ont demande une cigarette. Faut dire qu'ici il n'y a pas trop de legislation antitabac, plutot des pubs pour le tabac partout. Et aussi jamais de ceinture a l'arriere en voiture. Et tres peu de passages pietons, c'est incroyable c'est une vraie jungle pour traverser. Comme il fait plus frais, la ville est tres agreable. Beaucoup de couples. Pleins de musiques que j'adore. Une impression de bordel que j'adore.

Demain, on va surement voir Fleur car elle arrive dans la soiree. Mais avant on va pouvoir voir notre logement, et on va faire quelques courses.

C'est bizarre, j'ai hate que l'annee commence.

Labels: ,

Saturday, August 26, 2006

In Tour but Tired

Je commence serieusement a avoir hate d'etre a Bucarest et de me poser, je suis super creve, et j'ai aussi tout simplement envie d'etre dans la ville dans laquelle je vais passer 1an, envie de la decouvrir, et non de me dire a chaque ville que je traverse que je m'y plairais bien ou pas.

La, je suis a Brasov, pas tres loin de Bucarest. C'est une magnifique cite saxonne, dans une cuvette entouree de collines (avec un immense panneau Brasov, style Hollywood, sur les hauteurs). La ville est tres belle, beaucoup de rues pietonnes, de magasins, c'est tres tres agreable. Au fait, j'ai achete mes premieres chaussures roumaines!

Hier, j'ai passe la soiree avec des roumains (un gars et plusieurs filles) qui se preparaient a un mariage aujourd'hui. J'ai sympathise avec eux, car le mec habite a cote de ma chambre d'hote. Romain, lui, dormait, car il est un peu ;alade a cause des variations de temperature probablement (37 a Belgrade, 10 en Bucovine, 28 ici, mais la il fait que pleuvoir maintenant) mais moi je suis reste jusqu'a 2h a discuter. Ils sont tous soit etudiants (enfin y'a que le gars et une fille qui etait etudiant, les autres avaient plus de 25ans) soit avec des jobs de fous du genre dans l'import export qui les fait voyager et faire leurs shopping a Rome (nan je mens, y'a qu'une fille qui faisait ca). Donc voila, soiree tres sympathique, j'ai eu du mal a retrouver ma chambre et a ne pas reveiller Romain (finalement je l'ai reveille) a cause des nombreux whisky Red Bull.

Mais la, je suis trop trop creve.

Demain, on va a Bucarest en train ou bus. On passe une nuit en auberge de jeunesse, puis on va pouvoir se poser lundi dans notre residence universitaire. Enfin.

Labels:

Friday, August 25, 2006

Into Everything


Ces quelques jours de sevrage sans net, ni portable, ni pollution m'ont fait du bien.
En effet, on etait en Bucovine, pres des monasteres et de la frontiere ukrainienne, heberges par un couple de profs geniaux et anticommunistes, avec qui jai pu passer des heures a parler de la politique en roumanie (aussi il avait plein de blagues sur Ceausescu)

Les paysages etaient un mix entre la petite maison dans la prairie et une pub milka (c est dans cette region qu a ete tourne le film retour a cold mountain), le lait venait directement du pis de la vache, un veau est ne, les chiens se baladent en liberte dans la rue, les gamines des voisins venaient tous les jours aider la maitresse de maison, on buvait l eau du puis, bref, c etait genial, tres reposant, c est vraiment magnifique.

J ai d ailleurs promis de revenir et de passer a l ecole, des que je parlerai roumain. C est un vrai plaisir d aider les enfants a recuperer l eau du puis, de boire la tuica distillee naturellement, Romain s est eclate avec les poules, l air frais lui a fait du bien, il a a nouveau le poil soyeux.

Aujourd hui on a fait 7heures de van pour aller a Brasov, 3e ville de Roumanie. Pour le van, toutes les places etaient prises donc le chauffeur a sortir pour romain et moi deux especes de sieges depliables pour pecheurs (xav doit avoir les memes) qu il a mis dans l allee. C etait marrant, il fallait s accrocher aux sieges a chaque virage ou freinage. Romain dormait parmi les bagages comme un immigre clandestin.

Dimanche, retour a Bucarest, et lundi on va enfin voir nos logements! (et ya aussi Fleur qui arrive)

Labels:

Tuesday, August 22, 2006

Welcome to Bucharest

Apres avoir passe la matinee a discuter de Milosevic, du Kosovo et de la politique serbe avec mes nouveaux gramds potes de la vie a Belgrade, jai reussi, miracle, a faire en sorte de me pas rater le train!

Bon, train assez minable, on devait etre 6 dans notre wagon (sur 50 places en gros), toilettes immondes, meme moi je nai pas ose faire autre chose qu uriner et voyage de 15h, super!!

Heureusement, on a rencontre un groupe de 3 roumains super sympas qui s arretaient a Timisoara. On commence a sympatiser, et au bout de la 4e question, ils nous demandent si on croit en Dieu, ce a quoi je reponds bien evidemment oui, mon piercing et mon t shirt barcelona montrant, entre autres deux personnes en train de s enfiler, attestant de ma catholicitude. Romain repond que non, il m a pas de religion ce qui a entraine une enorme discussion, les roumains en question etant 1 pretre et deux etudiants en theologie, tous ages dune vingtaine dannes. On a donc super sympathise, on s est mis a chanter, ils nous ont chante des chants religieux, leur hymne national, on a chante la marseillaise, Notre Pere (lol), ils voulaient qu on chante "voulez vous coucher avec moi", et on a tous chante O Zone (un pretre chantant O Zone, c est assez marrant). Bref, on s est fait des super potes. A Timisoara, ils sont parti, on a pu dormir, en se faisant reveiller 6 fois par des controles de tickets et de passeport, lun deux interrompant un de mes reves erotiques (jai eu peur que le controlleur me demande de me lever). Ce meme controlleur a essaye de nous arnaquer en nous disant que nos billets n etaient pas bons, qu ils etaient pour les enfants alors qu on s etait deja fait controle 5fois.

Finalement on est arrive vers 6h a Bucarest. Et la, franchement, la premiere impression c est que ca a lair assez pauvre, tres pauvre. Deja a Timisoara, un enfant nu pieds est venu dans notre wagon chanter puis demander de l argent. La , a Bucarest, du cote de la Gara du Nord, beaucoup de mendiants le matin, de gens nous accostant pour nous proposer un taxi (entube), de gamins fouillant les poubelles, nous suivant pour demander de l argent, des personnes voulant rendre des services factures hors de prix, une pollution considerable, bref c est assez particulier.

Concernant la ville, deux impressions me traversent: c est beau et c est laid. C est assez difficile a expliquer en fait. Il y a une vraie salete sur quasiment tous les murs, c est impressionant, on se demande ou sont passe les fonds europeens, si ce n est dans la poche de nombreux dirigeants.
Mais en meme temps, j adore cette sensation de bordel, la techno roumaine a fond, ou les remix de ntubes europeens ou US a la sauce roumaine, ces batiments sans aucune harmonie architecturale, ces mouvements dans la rue. C est tres depaysant, et je suis sur que cela regorge de supers coins.

Ce soir, on reprend le train, direction Suceava et la Bucovie, dans le Nord, pres de la frontiere moldave.

Labels:

Monday, August 21, 2006

Beograd the place to be and the place to stay



J"écris ces mots non pas de Roumanie, comme c'était prévu mais de Belgrade.

Je m'explique:

Hier matin, je me réveille, plein d'allant pour la journée riche en transports ferroviaires et en sueur (37° à l'ombre, pas mal...), quand on s'est aperçu qu'il n'y avait d'eau ni à la douche, ni dans les robinets, ni dans les toilettes pour la chasse d'eau (imaginez l'odeur...). Je descends donc en serviette demander le problème et on me dit d'aller dans le building d'en face, ce que je fis, mais découvris qu'il n'y avait pas d'eau non plus. En fait, une canalisation d'eau a pété à cause de la chaleur, mais cela sera réparé "vers 2h". Je précise qu'on avait notre train à 15h45.

Romain retourne donc se coucher (notre chambre était située sous les toits), et moi je tape la discutte aux réceptionnistes de l'hostel, ce qui fait qu'on a pas trop vu le temps passer.

J'ai testé le lavage de dents et du visage à l'eau gazeuse: moyen, ça mousse beaucoup

Finalement, à 2h, toujours pas de réparation, à 3h, non plus. A 3h15, on commence à se dépêcher pour choper notre train (on n'avait pas nos billets, ni nos passeports). Résultat, ce qui devait arriver arriva, on a raté notre train, on a donc dû rester à Belgrade. Toujours sans eau à l'hôtel. Je sais pas si ça vous est déjà arrivé de tenir toute une journée sans douche sous 37degrés. En tout cas, on commençait sérieusement à sentir un peu, sans clim, avec notre chambre miteuse. Romain pète un câble et décide de changer de chambre pour aller dans l'autrre building de l'hotel, plus cher, mais avec de meilleures chambres où il faisait beaucoup plus froid. Vers 18h, miracle, les douches fonctionnent.

Bilan de la journée: j'ai sué tout ce que j'avais comme eau ou équivalent dans mon corps.
par flemme, on a bouffé que le soir, en fait quand on pense qu'à boire et se doucher on ne pense pas à manger, c'est bizarre.
Je me suis fait des potes d'ici et j'ai appris des mots en serbe.
J'ai une grande pote de la vie, qui m'a expliqué le système scolaire serbe, la météo en Serbie, et l'alphabet cyrillique.
J'ai réalisé que je comprenais le serbe en discutant avec le réceptionniste qui expliquait qu'il flashait sur une française.

En tout cas, cette ville me plait toujours autant, j'y reviendrai, c'est sûr. En plus maintenant j'aurai des plans sorties.

Labels:

Saturday, August 19, 2006

Balkani addict

La derniere journee a Sarajevo a ete pour nous loccasion de prendre un tram au hasard et daller jusquau terminus, et donc de pouvoir visiter tous les quartiers sans touristes, les HLMs, etc loin des images de carte postale de "village bosniaque typique" de vieux Sarajevo ou de jeunes roots s extasient devant le pseudo artisanat bosniaque (que des boutiques dattrapes touristes)

Et en allant dans les vrais quartiers de Sarajevo, on a decouvert tout plein de cafes, de restos, encore moins chers et plus sympa que dans la vieille ville, avec que des jeunes dici.

Moralite, la prochaine fois, on va essayer de trouver une auberge de jeunesse parmi les quartiers de HLMs.

Apres une douche chez Ramzan (notre aubergiste, que jai baptise comme ca), on a pris un taxi, qui nous a depose a lexterieur de Sarajevo, en Republique des serbes de Bosnie, car il ny a pas de liaison vers Belgrade depuis le cote musulman de Sarajevo.
On s est retrouve dans une gare routiere, avec plein dinscriptions en cyrilliques, des clopes differentes de celles vendues du cote bosniaque de la ville, bref on avait limpression de changer de pays. On a rencontre un francais qui voyageait dans toute leurope de l est, qui faisait plusieurs chantiers internationaux, avec qui on a passe la soiree jusqua 22h.
Je pourrai le dire a mes petits enfants, jai chie dans des toilettes publiques de la gare routiere cote serbe a Sarajevo! Si une voyante maurait repondu il y a quelques annees a la question "ou me voyez vous dans lavenir" quelle me voyait dans cette situation, je ne laurai pas crue. Bref, c etait pas si sale, meme si le mur etait ronge par je ne sais quoi et qu il y avait de toutes petites betes, peut etre des mites. Il a failli payer, 50KM, la dame pipi, mais c est assez bizarre, dhabitude on paie pour que ce soit propre mais la on se demande pourquoi.

Le voyage en bus nous a coute 15euros, soit deux fois moins cher que le train. On etait parmi que des serbes, aucun etranger, aucun touriste, a part deux canadiennes qui voulaient aller a Sofia pour donner un concert (de quoi, je ne sais pas, mais je parierai bien sur de la country)

Pour moi, quasi nuit blanche. Deux serbes a cote de nous n ont fait que parler et se marrer pendant tout le voyage, plus les arrets incessants, et les controles (on nous conserve le passeport qu on nous redonne apres qu on soit reparti, et on nous ouvre les bagages, a notre insu, mais moi je men branlais, car il me lont referme en pliant tout mieux que moi...)

On est arrive a Belgrade ce matin vers 6h. La ville a lair sympatique, on voit que ca a toujours ete une capitale, par les nombreux batments, contrairement a Sarajevo, tout y est dynamique et vivant,pas dattrape touriste apparent, mais les traces dautoritarisme se voient dans larchitecture, les grandes statues de gloires locales, et les quelques batiments detruits pendant les bombardements de 99 (on a aussi vu un bidonville a lentree de la ville).
Belgrade a vraiment lair detre une des nouvelles "place to be" (jadore cette expression), il y a enormement de bars, de cafes dans la rue. La ville est tres jeune, et larchitecture est du style communiste parfois delabre, parfois retape, bref, c'est peut etre la ville dans laquelle je me sens le mieux.

Ce midi, jai pu manger un risotto et une salade de fruit, ca faisait du bien de varier un peu et davoir un peu de fraicheur, car les grillades bosniaques commencaient a nous peser.

On va encore dire que je ne parle que de ca, mais les filles sont tres jolies,encore mieux qu a Sarajevo, quoique excessivement fashion victimes. Nan si, en fait, apres avoir passe la journee a traverser la ville a la recherche dun internet cafe, je peux dire que ce soit les mieux que lon ait vu. Par contre, leurs trams ne sont pas tres beaux, les trolleys bus font vraiment tres kitsch, et les trottoirs en mauvais etat.

On commece par contre serieusement a souffrir de la chaleur, il fait 34degres a lombre, donc c'est assez difficile, on fait fonctionner tous les cafes avec nos multiples pauses coca ou biere.

detail sympa, jai pu voir tous les resumes des matchs du championnat du monde de basket car ils adorent le basket ici.

A lauberge de jeunesse, que des jeunes dans le staff, donc un accueil tres tres sympatique. On est alle dormir deux heures ce matin pour recuperer un peu. Par contre, les passeports sont confisques toute la duree du sejour, on nous donne a la place un certificat de domiciliation.

Dans deux jours, on sera en Roumanie, et je vais pouvoir voir, pour une semaine, mon pere et ma soeur.

Labels:

Friday, August 18, 2006

Dolce vita in Sarajevo

On a teste pour vous...... une boite de Sarajevo!

Hier soir, on a rencontre deux australiennes qui nous ont propose de les retrouver pour manger avec elles et deux finlandaises (je ne sais pas pourquoi, mais ya surtout des filles qui voyagent ici, c est bizarre). On avait donc rendezvous, mais sachant que c etait moi qui etait sense noter le lieu et l heure de rendezvous, inutile de preciser que, 10min apres, je me suis retrouve incapable de men rappeler, donc on a perdu notre plan sortie.

On en a eu un peu marre du vieux Sarajevo, de ses boutiques d artisanat locales, et surtout de tous ces voyageurs etrangers et ces routards aux looks de Bee gees. Sans oublier les odeurs de ćevapćići et de plezkavipća ( je precise qu ici, ca a lair detre grillades a chaque repas, on va pas prendre beaucoup de poids) On est donc parti dans le quartier moderne de Sarajevo, avec tous ses buildings, ses ecrans geants, ses imitations de parfums Lacoste ou en marchandant tu en as deux pour 5KMarks (2,5euros). Dans ce quartier, plus aucun minaret, peut etre que cest le quartier serbe (sarajevo a une partie en Republica Sprska et une autre dans la Federation croato musulmane de Bosnie, car la Bosnie est separee en deux entites), des neons partout, et des filles canons.

On a bu un coup sur une place un peu excentree entouree de buildings recuperes dans un bar improvise en plein air, comme il y en a plein ici (ils installent chaises, tables, comptoirs et glacieres sur une place). Jai discute avec deux jeunes dici qui nous ont conseille une boite de nuit pas tres eloignee.

On a donc teste un haut lieu des nuits de Sarajevo. Quand on y rentre, on se sent dun coup tout cons, romain et moi, car avec notre taille minuscule, on a lair perdu au milieu de mecs grands et fashion. Meme les filles sont grandes, pour certaines, on devait avoir le nez au niveau de leur seins (je fais pas expres...). Mais surtout, les filles ont lair davoir ete recrute sur casting, que des mannequins, c est impressionant.

C est assez bizarre, car on a une image de la Bosnie qui nous ramene forcement a la guerre, donc cela fait enormement plaisir de voir autant de jeunes, qui devaient avoir environ 10ans pendant la guerre, sortir, boire, s amuser, flirter, s habiller de facon courte pour les filles, fashion pour les mecs. S en suit une incroyable sensation de fraicheur, bien aidee en cela par les musiques originales de Dance et techno bosniaques. On a vraiment l impression de voir une "place to be" en devenir, avec de plus en plus de bars, de cafes, une jeunesse dynamique, marquee par l occidentalisation et l envie de consommer et non plus la guerre ou les nationalismes.

Jai donc adore sarajevo, le depaysement est clair, on s y sent bien , c est dynamique et vraiment bon marche.

Ce soir, nous prenons le train pour Belgrade a 22h, pour 7h de trajet.

Labels:

Thursday, August 17, 2006

If you are coming to Saraaa jevo

La derniere soiree a Budapest s est tres bien passe. On avait prevu d aller au Sziget festival, mais finalement on a passe la soiree avec le groupe de francais (4 filles et deux gars, car ils avaient recu des renforts): Donc, resto, goutage des alcools locaux (jai bien represente bordeaux, notamment face a un vendeen :) !), rencontre avec des jeunes, suedois, espagnols, un bresilien, puis errance dans les rues de Budapest.

Le lendemain, depart pour Sarajevo! On va peut etre enfin etre depayse!

Et bien effectivement on est depayse...

BOn, le voyage en train a ete assez folklorique. Il faut savoir deja que ca dure 13h pour faire 350km. Le train est compose de wagons hongrois (classes), desservant Pecs, et deux wagons bosniaques (moins classes) allant jusqua Sarajevo. Aussi, on a decouvert le surbooking en train (ou son equivalent hongrois). En fait, on s est apercu dans le train que la charmante (vieille et moche) guichetiere hongroise (seulement 15min alors que tout le monde nous disait que ca allait durer 2h pour avoir un billet) s etait gouree dans la date de depart, autrement dit, pas de place assise pour nous. Bon, c est dur a digerer, surtout quand on sait le nombre d heures a tenir dans le couloir. On a cherche un compartiment libre, mais le seul etait avec trois bosniaques (dont une tres vieille) d ou se degageait une odeur d aisselles incroyable, en plus ce compartiment etait situe pres des toilettes, avec chasse d eau cassee, donc urine accumulee...
On s est vite sauvee et avons squatte avec 4 jeunes ecossais (3filles et un gars) jusqua ce qu ils se rendent compte qu ils avaient le meme probleme que nous et qu ils se fassent degage, comme nous.

On a donc decide de faire un bout de chemin, jusqua Pecs en 1ere classe hongroise. Arrives a Pecs, tous les hongrois descendent et leurs wagons sont demontes pour ne laisser que les wagons bosniaques. Pecs/Frontiere croate: 30km, faits en 2h30 a cause des controles incessants (en plus je leur demandais a tous de me tamponner le passeport, ca les faisait rire mais ca prenait du temps, sauf pour les flics bosniaques, qui n avaient pas d encre).

Heureusement, on a reussi a trouver un compartiment libre avec deux autres francaises. Donc a 4 dans un compartiment pour 8, on a eu trop de chance.
Nuit assez sympathique, on a retrouve notre bresilien, trop sympa, il a promis de venir nous voir en octobre a bucarest (il fait un stage en croatie), rencontre avec plusieurs routards francais, surtout des filles en fait, peut etre qu elles sont plus courageuses que les gars. Et reveil toutes les heures et demie pour controle des papiers et controle des billets.
Inutile de vous dire que ca fait bizarre de regarder les paysages defiler par la fenetre...

Arrives en Bosnie, de nombreux bosniaques entrent dans le train (tres nombreux alors qu il devait etre 4h du matin), donc fin de notre nuit.

Finalement, on est arrives a Sarajevo a 6h du matin. Et la, enfin un choc culturel, on se retrouve en Syldavie (cf le sceptre d Ottokar), pas de hauts buildings, de spetites habitations, plein de minarets, bref, genial! Le chauffeur de tram a voulu nous arnaquer. On avait pas de Mark (1 mark, 0,5euro), le ticket est a 1mark 15, et il nous a dit que pour 10euros, on pouvait monter sans ticket, donc evidemment on a refuse. On a pris un petit dej avec deux francaises qui nous ont vivement recommade belgrade (samedi normalement) (une etudiante en master 2 de cinema, specialiste de tony gatlif, et une journaliste rubrique deco a l express et le figaro), puis on a pose nos affaires a lauberge et decouvert la ville. Le vieux Sarajevo est tres joli, tres pittoresque , meme si les attrape touristes commencent a etre nombreux (mais ils parlent jamais anglais, parfois allemand, mais souvent uniquement bosniaque). Il y a un quartier super moderne avec ecran de tele dans les rues, vive les priorites en matiere de depense d argent, et pas mal de mendiantes qui t attendrissent avec leur bebe (on espere qu il dort...) dans les bras.


On va essayer de trouver la fameuse sniper alley.

En tout cas, jaime beaucoup, on entend le muezzin appeler a la priere, c est tres bon marche (clopes a 50ct deuros par ex) et la, on est vraiment depayse, on se dit " qu est ce que je fous la?" et ca, c est genial...

Demain, depart pour Belgrade vers 22h, arrivee le matin.

Labels:

Tuesday, August 15, 2006

Euuuh, baissel franciaoule?

Je suis donc a Budapest, ville ou il y a davantage de bombes qu'a Gaza.

Tout d'abord merci a Wizzair qui a fait partir l'avion deux heures en retard. on a du poireauter a l'aeroport de beauvais, ce qui est terrible, car y'a rien.

Arrivee a Budapest vers 20h30, et la surprise au moment ou on veut retirer de l'argent, romain se rend compte qu'il ne se souvient plus de son code, ce qui est problematique. heureusement, il s'en est souvenu au bout de 20min.

On a pris un taxi pour aller a l'auberge de jeunesse, histoire de ne pas arriver trop tard, taxi tout droit sorti du jeu Crazy taxi, le mec roulait a 110 en ville, c'est peut etre pour cela que les taxis sont moins chers qu'en France, car ils vont deux fois plus vite.

Premiere soiree sympatique, on s'est balade dans les rues et on a squatte avec les groupes de jeunes qu'on rencontrait, notamment deux filles totalement bourres assez marrantes, donc l'une ressemblait a la chanteuse de Superbus et nous disait qu'elle n'aimait pas la vie, parce que cela fait partie de son style de ne pas aimer la vie (on a cherche a lui apprendre a dire "Je veux te poutrer", Madec, si tu nous lis...")

On est dans l'auberge avec trois francaises qui font des chantiers humanitaires en roumanie, elles sont tres sympas et nous ont bien rassure sur la Roumanie, qui fait a nos yeux de plus en plus Tiers monde. Il y a aussi une australienne, un peu bizu, qui s'est couche hier soir vers 21h30, leve tot ce matin pour se taper les bus a etages visitant tous les monuments, et qui nous a dit que la bouffe etait degueu, alors qu'on mage d'excellents goulasch pour 5euros.

Budapest est une tres jolie ville, notamment Buda avec ses collines et ses mosquees. Pest bouge davantage et y'a plus de monuments mais comme le dit Romain le grand philosophe qui m'accompagne, "les monuments c'est chiant"
Par contre, ca a l'air tres riche, donc pas forcement depaysant.

Bon plan: les bieres, environ 1euro50, blondes et legeres
le goulasch, copieux et pas cher. Le goulasch a probablement d'excellentes vertus vu le physique et la taille des seins des hongroises.

Plan original: l'unicum, un alcool super fort, a base de plantes et d'herbe, aux pretendues vertus medicinales.

Labels:

Saturday, August 12, 2006

Wizzzzzzz


Aujourd'hui, départ vers le Grand Nord, c'est-à-dire, Valenciennes pour aller voir Hicham pendant deux jours (j'y vais en train, je précise, il ne faut pas se fier aux photos, je mets juste quelques photos d'avions pour faire plaisir à Boudu)



Lundi, grand départ!! Au revoir, la France (dernière ville que je verrai: Beauvais, ouaiiiiiis euuuh...), direction Budapest (capitale de la Hongrie, pour les footeux qui me lisent...).
Vol au départ de Beauvais, oui je sais, ça doit être très glauque comme aéroport, je ne m'attends pas à avoir tous les journaux gratuits avant le départ, ni un confort britishairwayesque, ni les boissons gratuites; mais bon, ça ne dure que deux heures, et c'est pour cela que c'est moins cher avec Wizzair!

Départ à 17h00, si je me souviens bien, et arrivée à 19h05, on tâchera donc de se speeder un peu pour rejoindre l'auberge de jeunesse qu'on a réservé à 9euros la nuit . On y passe deux nuits, ce qui fait qu'on pourra assister à la fin du Sziget Festival (www.szigetfestival.com), avant de prendre le train de nuit, direction: Sarajevo.

Labels: ,

Friday, August 11, 2006

Oh Brother, Where art thou?

Si certains veulent m'appeler durant ces 3 prochains jours, sachez que je serai en France. Où ça? à Valenciennes.
Valenciennes, c'est donc ça, une ville accueillante du Nord de la France
, région que nous aimons tous car région qui fournit l'essentiel des faits divers des quotidiens nationaux. Outreau, par exemple, ne doit pas être bien loin. Boulogne-sur-mer, qui a vu naître Franck Ribéry, n'est pas très éloigné non plus.

Mais c'est aussi une région accueillante où comme le disait, je crois, Pierre Bachelet "les gens du Nord ont dans leur coeur le soleil qu'ils n'ont pas dans leur ciel" (je crois), où le chômage est supérieur à la moyenne nationale, où l'on mange des moules et des frites, où l'on a testé en avant-première le ski sur terrils, et où, surtout, habite Hicham, c'est donc pour cela que j'y vais.

Demain , je quitte donc la grisaille parisienne pour la noirsaille nordiste.

Labels: ,

C'était le temps des fleurs....

Mon transit à Paris prend bientôt fin...

Avant-hier, journée à Disneyland avec Justine, trop bien, ça fait trop plaisir de pouvoir faire 3 fois Space mountain et 3 fois Indiana jones, car il pleuvait, donc il n'y avait pas trop de monde. En fin de journée, juste avant la parade, un mec m'a dragué comme un camionneur à base de "Hmmm c'est parfois pour moi, j'adore sucer, et toi tu es un grand suceur?(?!)" alors que je regardais innocemment et naïvement les énormes sucettes Mickey.

Hier, .... sur un coup de folie totalement improvisé que j'envisageais depuis des semaines, je suis allé faire un piercing à l'arcade. Ouaaaah, trop bien! Ouais, il me va trop bien, je trouve! J'en suis super content. J'osais pas trop le faire dans le courant de l'année dernière because Sciences po, etc (Petaux m'aurait forcément fait une réflexion), mais là, je me suis dit, autant le faire juste avant de démarrer l'année. J'aurais pu attendre Bucarest, mais je n'aurais peut-être pas compris toutes les formalités d'entretien, et puis, je connais pas encore les endroits propres, donc j'ai préféré le faire à Paris, endroit nickel, gens super sympas, musique métal à fond, et prix plus élevé que si je l'avais fait plus à l'Est (50euros, en comptant les produits d'entretien).
Donc Adieu les soirées à s'endormir tout seul devant la télé ou chez des potes après une soirée arrosée, il faut impérativement que je me tape un gel moussant, un sérum physiologique et un spray antibactérien. Autant dire que je vais faire chier tout le monde dans le train de nuit...

Demain, départ de Paris, et surtout séparation avec Justine avant de longues semaines. A priori, elle va essayer de venir fin octobre à Bucarest. C'est donc le moment de la douloureuse. Mais on a eu le temps de s'y préparer.

C'est donc Romain qui sera le nouveau Second rôle de ce blog.

Labels: ,

Monday, August 07, 2006

Auf dem Rückweg von Berlin

Je suis de retour de Berlin, donc sur Paris, après une superbe nuit dans le train, où j'ai dû dormir 6 ou 7 heures, j'ai eu trop de chance, la fille à côté de moi a décidé de dormir par terre (où dormait déjà justine) et m'a donc laissé trois sièges pour m'étaler.

Que dire au sujet de Berlin? (les photos arriveront prochainement il faut que je trouve un moyen de les stocker sur le net)

Berlin est une ville... incroyable. Je ne trouve pas trop les mots, mais des grandes villes que j'ai pû faire, New York ou Londres par exemple, Berlin est celle qui me correspond peut-être le plus.
Un sentiment de perpétuelle mutation, évolution, mouvement, une ville en chantier permanent.
Une multitude de quartiers à découvrir (berlin est 9fois plus grand que paris!), un voyage différent à chaque fois. Les quartiers de l'ouest (je sépare volontairement l'est de l'ouest), anciens centres de la ville, revivent et sentent bon la dolce vita (sisi!), notamment sur Savignyplatz ou Kürfurstendamm, avec les petits cafés et restos (vraiment pas cher! il faut mal se démerder pour manger pour plus de 10euros, même le soir) et les boutiques de luxe. Les alentours de la Postdamerplatz et du Kulturforum donnent une impression bizarre, mi Disneyland, mi Wall street, avec tous ces buildings bâtis ex nihilo, seulement de l'imagination d'architectes comme Renzo Piano.

Mais l'est de la ville m'a agréablement surpris. Je ne pensais pas que l'on voyait encore la distinction est/ouest, mais si on l'a voit encore, et cela donne un charme incroyable à Berlin. En deux stations de U-Bahn, on passe du Bundestag, Bradenburger Tor, Checkpoint Charlie, etc à l'Alexanderplatz, ex vitrine modèle de la RDA, et là, on découvre les punks, les bâtiments désaffectés et les buildings post communistes de la Karl Marx Allee, énorme artère classée au patrimoine de l'Unesco.
Un peu plus loin, les quartiers où j'ai trop envie de retourner pour y vivre, tant j'ai adoré: Schauenviertel (super sympa) et surtout Prenzlauer Berg, ancien quartier prolétaire, devenu quartier bobo par exemple, avec sur certains murs délabrés des graffs vilipendant le "Kapitalismus". Sur la Kastanienallee (une des rues de Prenz berg), que des magasins de vêtements, vintage, originaux, "underground" parfois. Bref, je suis tombé amoureux de cette ville!


Berlin, ville géniale, en bordel, en construction et en reconstruction permanente. Rien n'y est snob, ni hypocrite, toput y est original, alternatif, rafraîchissant.

Un petit mot sur les gens: les berlinois sont très sympas et les berlinoises sont charmantes. Ce sont des généralités totalement objectives, mais bon il en faut bien! Et ça montre que j'ai adoré cette ville, tellement que je n'y ai pas vu un seul mauvais côté.

Maintenant prochaine étape: Budapest le 14, après avoir profité de Paris avec Justine, puis être allé voir Hicham pendant deux jours. Le 14, donc, je retrouve Romain, pour le grand départ vers l'Est!

Labels:

Saturday, August 05, 2006

Berlin, mon amour

petit coucou de Berlin!

apres un voyage en train super long, surtout quand, comme moi, on arrive pas a dormir, et apres s etre apercu au reveil que javais oublie tous mes pantalons a paris, on a pu decouvrir berlin, qui est une ville extraordinaire!

j ecris ces mots de la roxa luxemburg platz. en fait on sent encore une grosse difference entre les anciens quartiers de l est et ceux de l ouest. on est loge dans charlottenburg kürfurstendamm qui est un quartier super agreable avec plein de petits cafes, bars a cocktails, etc.

hier soir, soiree geniale terminee au weekend club, boite de nuit situee au 12e etage dun building sharp avec vue sur toute alexanderplatz, karl marx allee, etc. j etais jamais alle dans une boite aussi classe. coupe de champagne a 3,50€. musique style loungem ils y passaient du phoenix remix, bref, c etait trop bien!!

plus de news prochainement!

Labels:

Tuesday, August 01, 2006

I am in ze bilouque


Petit détail: je ne trouve plus ma carte d'identité!!!! Je n'aurai donc que mon passeport...

Petite photo: pour montrer ma tête before arrivée en Roumanie. Et si comme résolution, je prévoyais de revenir grand comme Tanguy? Peut être en mangeant des enfants j'sais pas... Le petit Emile Louis illustré dit qu'ils sont excellents à l'est...Grandir, ça m'évitera de me faire poser une bière sur le crâne dans les bars, de sauter pour ouvrir la porte de ma chambre ou encore de jouer au basket catégorie handisport.

On voit pas bien, mais j'ai été chez le coiffeur juste avant de partir, et le coiffeur (style M. Propre) m'a fait "sa spéciale": les chveeux courts, mais en laissant des mèches longues derrière... tout en me racontant qu'il adôôôôre Berlin, où il est allé 3 fois pour la Love Parade...

Labels: ,

Bon, là par contre, ça y est, c'est le grand Jour

Enfin, le jour J! Au revoir Bordeaux!

En fait, ça fait quand même presque 2 ans que je fais chier toutes les personnes que je connais avec mon départ, avec l'année Erasmus, etc et là, ça y est, il faut dire au revoir à tout le monde, préparer ma valise (que je viens de terminer -et encore ça fait 30minutes que je me dis qu'il faut que je pense à prendre mes chaussures, histoire de ne pas rester en tongs dans Belgrade ou Bucarest, mais que je ne bouge pas de l'ordi, bref, meilleur plan pour oublier au dernier moment), ne pas oublier mes t shirts couleur pastel, roses et autres, idéal pour me faire remarquer auprès des roumains, serbes, bosniaques, bulgares etc, un peu comme si je m'écruvais TOURISTE sur le front (note pour plus tard, acheter des t shirts noir ou blanc, et des casquettes I LOVE BUCHAREST ou I LOVE BELGRAD , histoire de me fondre dans la masse et passer pour un local, prendre avec moi tous les papiers, du plus important, le billet d'avion (pas folle, la Break!), au plus facultatif, les papiers de la LMDE, puisque comme tout le monde le sait, je ne tombe JAMAIS malade, j'ai juste un rhume permanent.

D'ailleurs ce matin, levé à 8h, parce que je ne savais pas vraiment si ce mal de ventre était dû à la fin ou une envie de vomir juste before départ. Après examen du goût acide et surtout de l'avancée de la coulée gorgeo-buccale, je me résolus à me dire qu'éventuellement cela était une petite envie de vomir, ce que je déteste, mais que cela finira bien par passer (un peu comme les oreilles qui bourdonnent) avec une petite avalée de salive (en était-ce?). Donc ça y est, je n'ai plus mal nulle part, je suis prêt à prendre le train pour Paris dans 1h30.

Labels: